Porter sa Croix

Le nombre et le temps karmique

   Cette expression est en référence à Jésus qui fut conduit au Golgotha, encadré de soldats, pour porter lui-même la croix sur laquelle il serait crucifié. La Bible raconte qu'il serait tombé à de nombreuses reprises, souffrant trop du poids de son fardeau. Cet épisode Christique et à sa Passion que l'on utilise « porter sa croix »,  signifie que tous les êtres humains à l’image de Jésus supportent des épreuves difficiles avec patience lorsque l'on ne peut y remédier.

   « Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. » (Mt 10, 38).

   « Puis il dit à tous : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. » (Luc 9.23)

   Les paroles que Jésus nous adresse sont exigeantes, très exigeantes. Pour le suivre, il nous faut accepter de prendre notre croix.

   Dans le monde gréco-romain du temps de Jésus, le supplice de la croix était la mort réservée aux esclaves. La croix était un poteau de bois planté en terre en un lieu élevé. Les condamnés, après avoir porté sur leurs épaules la barre transversale jusqu’au lieu du supplice, y étaient attachés. La transversale était alors hissée en haut du mât, formant un tau ou à mi-hauteur ce qui a donné la forme de la croix. Les suppliciés y agonisaient des heures durant dans de grandes souffrances. Quand Jésus dit donc à ses apôtres que, pour le suivre, il faut porter sa croix, ces derniers avaient de quoi être scandalisés. Pour les apôtres « Porter sa croix » voulait dire marcher à la mort, comme un esclave.

   Néanmoins le Christ a été envoyé dans le monde pour y être la victime expiatoire : c’était là sa vocation et son don, propre à lui seul, il a accompli ce ministère pour libérer l’humanité de l’esclavage du péché.

   Les évangiles sont clairs sur cette vocation christique, il est dit de ne pas aimer le monde, le royaume du péché : « N’aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui. Car tout ce qui est dans le monde, la concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient pas du Père, mais du monde. » (Jean 2.15-16).

   C’est pourquoi « porter sa croix » signifie se charger du fardeau du péché originel « la concupiscence » (voir étude : La concupiscence.)

   Pour découvrir le nombre karmique porté par l’Homme Dieu, nous avons besoin de réaliser géométriquement la croix grecque, comme ceci :

   Croix géométrique

   Cette expression géométrique possède neuf chiffres mystiques selon un ordre déterminé qui constitue la croix grecque magique :

   Croix ordonnée

   La barre transversale totalise le nombre de la victime expiatoire : 7+3+1+4+8 = 23

   La barre verticale totalise le même nombre de la victime expiatoire : 9+5+1+2+6 = 23

   Le nombre 23 représente verticalement le rôle de l’Homme Dieu crucifié comme Conciliateur et horizontalement comme Rédempteur.

   Le nombre 23 détient la clef de l’unité dans la mesure où le chiffre 1 est bien le point central de la croix, sa fonction consiste à créer l’équilibre sur les déséquilibres causé par la concupiscence et à réunir ce qui a été séparé par le péché originel.

   Il est à noter que la croix a un total de 45 issu de la table de neuf (1+2+3+4+5+6+7+8+9 = 45 = 4+5 = 9 : synthèse de la kabbale française.

   23 x 9 = 207 : c’est le poids du péché originel, le fardeau du Christ Jésus.

   Pour identifier le péché que porte l’Homme Dieu nous avons besoin de la table de 1 :

   Table alphanumérique en base 1

   La mesure de l’Homme qui porte la croix :

   JÉSUS = 74

   La mesure du Dieu qui porte la croix :

   CHRIST = 77

   Nous allons constituer la croix de l’Homme en respectant l’ordre déterminé mais par le code de décroissance des nombres (2000 ans en arrière) qui met en application le nombre du fardeau de la victime crucifiée.

   Voici la croix de l’Homme, la victime expiatoire :

   Croix du Dieu Sacrifié

   Le total de cette croix est de 630 : (74+73+72+71+70+69+68+67+66).

   Voici la croix du Dieu sacrifié :

   La croix du Dieu sacrifié 

   Le total de cette croix est de 657 : (77+76+75+74+73+72+71+70+69).

   Nous obtenons toujours des résultats de la table neuf, synthèse de la kabbale française, il est important de préciser que ce sont des croix magiques, ils ont les mêmes valeurs verticalement comme horizontalement pour l’expression de chaque nombre.

   Table alphanumérique en base 9

   L’OINT = 630 : Jésus l’Homme Christ qui porte le fardeau de l’humanité.

   MESSIE = 630 : la victime expiatoire, le sauveur de l’humanité.

   L’INFINI = 657 : le puissant Dieu du Ciel.

   KELOHIM = 657 : le Berger d’Israël le Sauveur de l’humanité.

   630+657 = 1287 = L’HOMME CHRIST : la victime qui porte le fardeau de l’humanité ; 1287 est son nombre karmique.

   La croix à porter :

   LE PÉCHÉ ORIGINEL = 1287 = LA CONCUPISCENCE : Jésus-Christ est venu nous libérer de cet esclavage.

   Le poids du fardeau par le dialogue alphanumérique avec la table de 1 :

   UN-DEUX-HUIT-SEPT = 207 : ce nombre explique la cristallisation de la Lumière ; cycle d’incarnation, cycle matériel ou principe de cristallisation.

   Confirmation de la chute du premier homme :

   ADAM = 19 = ÂME

   Table de 9 :

   ADAM L’ÂME VIVANTE = 1287 : ce nombre indique que le premier Homme fut soumis à l’épreuve de la connaissance : (Gen. II.17) « Dieu leur défendit de manger du fruit de l’arbre de la science du bien et mal. »

   La croix de décroissance qui identifie la cristallisation de la lumière :

   La croix de décroissance  

   19+18+17+16+15+14+13+12+11 = 135 = LA KABBALE DE LA MORT : la chute de l’âme dans la matrice terrestre, domaine du bien et du mal.

   « Vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal... » : (Gen. III,6).

   La croix de croissance qui identifie la reconquête de la véritable lumière :

   La croix de croissance 

   19+20+21+22+23+24+25+26+27 = 207 = LA KABBALE DE VIE DE MÉTATRON : le travail de vivification de l’Homme Dieu. (voir étude : Je Serai, Je Suis...)

   Corinthiens (1-15-45.47) « C’est pourquoi il est écrit : Le premier Adam devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. »

   Porter sa croix   

   Il est important de noter que cette croix est portée par la trinité chrétienne, c’est pour cela qu’elle est dite magique, le pilier vertical a le même nombre que la barre transversale.

   Croix de la sainte trinité

   Le dialogue des 9 nombres de la croix grecque :

   LE VERBE = 69 = CROIX : « Au commencement était le Verbe et le verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement tourné vers Dieu. Tout fut par lui, et rien de ce qui fut ne fut sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise. » (Jean 1.1-5). La manière dont Jésus meurt sur la croix suscite la profession de foi du centurion : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu. » (Marc 1.1)

   MESSIE = 70 = L’OINT = 70 = CLOUS : le libérateur du péché originel, Jésus le véritable Christ. « Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix. » (Colossiens 2.14)

   L’HÉBREU = 71 : Jésus était bel et bien Juif. Ses parents, Marie et Joseph étaient des Juifs. Lorsque Jésus était petit, sa famille allait au Temple de Jérusalem, le lieu le plus important pour les Juifs. Plus tard, il commence à parler de Dieu à la synagogue, le lieu de rassemblement des Juifs de son village. Ceux qui le suivent, les disciples et les apôtres, étaient aussi des Juifs. 

   LE BERGER = 72 : « En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. » (Jean10.1)

   KELOHIM = 73 = LE GLAIVE : « le verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu » - « Quel Dieu est grand comme Dieu (mi el gadol Kelohim- Psaume 77-14) le Dieu puissant de la Bible nous a affranchi du péché originel. « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. » (Matthieu 10, 34)

   JÉSUS = 74 = CRUCIFIÉ : la victime expiatoire

   ESCLAVAGE = 75 : « En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. » (Jean 8.34) - « Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la progression dans la sainteté et pour fin la vie éternelle. » (Romains 6.22)

   PARACLET = 76 : le récit de la rencontre avec la Samaritaine : “La femme lui dit : « Je sais qu’un Messie doit venir-celui qu’on appelle Christ. Lorsqu’il viendra, il nous annoncera toutes choses. »  Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »" (Jean 4.25-26).

   CHRIST = 77 : l’Oint du Seigneur, le véritable messie, le Fils de Dieu.

   La production karmique :

   La bibliothèque du déséquilibre de la création adamique et l’origine du péché sont inscrites sur la croix grecque, le passé et aussi le futur. Pour retourner vers le passé et connaitre la date de la production de la concupiscence, nous devons dupliquer 9 croix de la fameuse croix grecque de Jésus, toujours en appliquant le code de décroissance.

   Un rappel important :

   JÉSUS = 74 : la victime expiatoire.

   LUCIFER = 74 : le producteur de la concupiscence.

   Les 9 valeurs de la croix à étudier :

   La croix grecque de Jésus

 

   Voici les croix, dont le nombre total indique l’année ou le passé de la production de la concupiscence avant J.C :

   Les 9 croix de Jésus 

   Le total des 9 croix grecques est de 5346. L’année 5346 avant J.C est apparu la production de la concupiscence dynamisée par Lucifer avec la complicité du premier Homme Adam.

   Une info importante pour comprendre que l’Homme Adam est d’origine particulière par rapport à l’humanité ordinaire, il faut lire ce passage biblique avec attention : (Genèse 4.15) « Après que Caïn a tué son frère Abel, Dieu lui a dit : « Désormais, tu es maudit, chassé loin du sol qui s’est entrouvert pour boire le sang de ton frère versé par ta main. Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus toutes ses ressources. Tu seras errant et vagabond sur la terre. » En réaction, Caïn s’est plaint : « Ma peine est trop grande pour être supportée. Voici que tu me chasses aujourd’hui de cette terre. Je serai caché loin de toi, je serai errant et vagabond sur la terre, et toute personne qui me trouvera pourra me tuer. »

   Caïn, fils aîné d'Adam et Ève a été condamné à l’exil sur une terre hostile ou se trouve des hommes-bêtes non-initiés à la présence divine. Adam est une création particulière dont la mission était de guider cette humanité animale (anciennes créations) à intégrer le nouveau plan de Dieu. Malheureusement la concupiscence a démantelé les projets divins du Créateur, ce qui a généré les cycles karmiques ou alchimiques pour l’humanité initiée ou non initiée.

   L’épisode du péché originel biblique n’est pas si vieux que l’on pourrait le penser, les croix grecques dévoilent cette date importante.

   Nous pouvons connaitre le futur, le cycle de fin du lourd fardeau que doit porter l’Homme Christ et son humanité, en adoptant le code de croissance des 9 nombres de la croix grecque de Jésus ou Lucifer.

   Rappel de la croix et ses nombres à étudier :

   La croix du Christ

   Voici les croix avec les codes de croissance :

   9 croix de la croissance

   Le total des 9 croix grecques est de 5994 soit 9 cycles de 666 années. L’année 5994 après J.C constitue la fin de la dette karmique de l’humanité, la libération finale de la concupiscence et du pouvoir empirique du diable sur la matière.

   Le Temps karmique :

   5346+5994 = 11340 (1+1+3+4+0 = 9)

   11340/9 = 1260 : le temps karmique est basé sur 9 cycles de 1260 années terrestres, un karma imposé par l’Esprit de Dieu pour purifier la Terre du péché afin de préparer le retour du Seigneur.

   Daniel 7.25 : « Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très-Haut, il espérera changer les temps et la loi, et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps et la moitié d’un temps. »

   Daniel 12.7 : « Et j’entendis l’homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve ; il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche, et il jura par celui qui vit éternellement que ce sera dans un temps, des temps et la moitié d’un temps, et que tous ces événements s’achèveront quand la force du peuple saint sera entièrement épuisée. »

   Apocalypse 11.3 : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours. »

   Apocalypse 12.14 : « Mais les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envole au désert, vers l'endroit où elle doit être nourrie un temps, des temps et la moitié d'un temps, loin du serpent. »

   Apocalypse 12.6 : « Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. »

   Un Temps (11340), des Temps (les codes de décroissance et croissance des croix) et la moitié d’un Temps (les barres transversales ou les poteaux des croix).

   La précision du dialogue alphanumérique en table de 1 (1+2+3+4+5+6+7+8+9 = 45) :

   UN TEMPS, DES TEMPS, LA MOITIE D’UN TEMPS = 405/45 = 9 cycles imposés par le Créateur.

   La précision du dialogue alphanumérique en table de 9 :

   MILLE DEUX CENT SOIXANTE JOURS = 3033 = LE NOMBRE SIX CENT SOIXANTE-SIX : le Temps karmique s’achève avec les 9 cycles du nombre 666 et ainsi clôture le pouvoir dynamique de ce nombre sur l’humanité.

   Depuis l’année 1998 l’humanité vit le début du quatrième cycle du nombre 666 qui correspond au potentiel maximum des réalisations matérielles, mais c’est aussi une période intense de souffrance, de purification avec d’importants changements terrestres sur les sociétés humaines et Astrales sur l’univers des esprits qui gèrent le monde.

   Le nombre 5346 identifie le résultat du péché :

   5346/9 = 594 = MORT : Genèse 2.17« mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Romains 5.12 « C'est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, de même la mort a atteint tous les hommes parce que tous ont péché. »

 

   Le nombre 5994 identifie le poids du péché à subir et la Nouvelle Alliance de Dieu à travers le puissant personnage des évangiles :

   5994/9 = 666 = CRUCIFÉ = 666 = CLOUER = 666 = FACTURE : la mort, le péché un poids à payer. Romains 6.23 « Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. »

   5994/9 = 666 = JÉSUS : Le véritable Messie nous libère du péché comme Moïse avait tiré Israël de la terre d’Égypte, il nous sauve à travers les eaux du Baptême comme Moïse avait fait passer par la Mer, il grave l’Esprit dans les cœurs comme Moïse a gravé la Loi sur la pierre, il offre son Corps, le vrai Pain du ciel comme Moïse avait donné la manne, il nous conduit vers le Royaume de Dieu comme Moïse a conduit vers la Terre Promise.

   Le Libérateur :

   Les Juifs espéraient un Rédempteur, mais le monde païen lui-même ne restait pas étranger à leur préoccupation. Nous retrouvons partout l’écho de ces croyances : en Orient : chez les Grecs, comme Platon, qui nous parle d’un envoyé du ciel, qui aura pour mission de nous instruire de nos devoirs envers les dieux et envers les hommes (Alcib., II, n. 13,14) ; chez les Romains, comme les historiens SUETONE et TACITE, qui mentionnent la croyance juive, comme VIRGILE, qui chante, dans sa IVème Eglogue, la naissance d’un enfant qui doit inaugurer un nouvel âge d’or, encore que le poète latin fasse allusion au fils du consul POLLION et non au messie. Donc, si l’on examine la croyance des peuples, exprimée par leurs représentants les plus attitrés, leurs écrivains les plus dignes de foi, leurs poètes, leurs philosophes, il n’y eut jamais de tradition plus constante et plus générale que celle de l’attente d’un Libérateur.

   Pour résoudre l’identification de ce Libérateur, il suffit de consulter les nombres des deux barres transversales (patibulum) de JÉSUS-CHRIST selon le code de décroissance.

   Les 2 barres transversales de Jésus 

   68+72+74+71+67+71+75+77+74+70 = 719

   719 est un nombre premier (le 128éme de cette liste interminable).

   La table de identifie Le Libérateur :

   LE LIBÉRATEUR = 128 : ce nombre identifie JÉSUS-CHRIST.

   Le secret de la croix du messie avec le code de croissance :

   MESSIE = 70

    La croix du code de croissance

   Le nombre secret du messie est dévoilé :

   70+71+72+73+74+75+76+77+78 = 666 = JÉSUS : conformité cabalistique avec la table de 9.

   Vous pouvez consulter ce lien web pour voir toutes les significations du nombre 70 : http://membre.oricom.ca/sdesr/nb70.htm

   Jésus-Christ est mort pour tous les hommes. « Il est mort pour tous », dit saint Paul, dans son épitre aux Corinthiens (II, V,15). « Notre Sauveur, dit-il encore dans sa premier Epitre à Timothée (II,4.6) veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus fait homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. »

   Jésus-Christ a expié tous les péchés : péché originel et péchés actuels de tous les temps et de tous les pays.  Jésus-Christ s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité. Il est le médiateur pour le pardon des transgressions commises sous la première alliance comme sous la nouvelle, ce qui revient à dire que tous seront sauvés tant de l’Ancien testament que du Nouveau.

   L’humanité doit absolument suivre le Christ, à porter Sa croix, à reprendre la voie christique de l’obéissance au Père, à accompli non sa volonté, mais celle du Père, à se charger du fardeau dans la douceur et l’humilité du cœur. Le Christ a tracé la voie de l’humilité par l’amour du Père et par obéissance à Sa volonté.